Au musée de préhistoire de Tautavel, une visite guidée animée par le premier « Hologuide »

Écrit par: Cathy Goulard
  • 10/28/2020
tautavel-900

Crédit photo : REAL ILLUSIONS

Le musée de Tautavel est le plus grand musée de préhistoire en France. Construit autour de l’homme de Tautavel, il rassemble des restes humains datés de 450 000 ans au sein de sa collection. Bien que tourné vers le passé, le musée porte dans son ADN ce goût pour l’innovation et cette volonté d’enchanter sans cesse l’expérience du visiteur. 

Suivez votre hologuide

Depuis le 18 septembre, avec un simple smartphone les visiteurs du musée peuvent se laisser guider par Cyrille ou plus exactement son hologramme. A l’image des scénarios de Star Wars, Cyrille apparaît comme par enchantement au milieu de la pièce et vous présente la collection du musée. « Il s’agit du tout premier hologuide du monde ! », assure Philippe Font, CEO Fondateur de l'entreprise REAL ILLUSIONS qui a mis en place cette technologie au musée de Tautavel. Aujourd’hui cet Hologuide propose ses visites en français. Mais d’ici quelques temps, les scénarios de visite seront personnalisés et adaptés à l’âge et à la langue parlée du visiteur pour que chacun puisse prendre plaisir à découvrir.

D’autres contenus en réalité augmentée sont aussi disponibles pour découvrir les trésors que recèlent les vitrines.  Ils viennent enrichir de manière ludique les fiches descriptives déjà disponibles en salle. Dans cette même salle, un crâne de l’homme de Tautavel flotte en 3D. Chaque visiteur peut ainsi librement tourner autour et l’observer sous tous les angles.

Au-delà de leur côté ludique, ces visites inédites s’inscrivent dans le respect des règles sanitaires et offrent la possibilité au musée de s’affranchir du coût et de la maintenance d’un parc de matériel comme les audioguides puisque chaque visiteur utilise son propre appareil nomade.


 

L’accueil des premiers visiteurs

Chez les premiers utilisateurs de cette application, deux attitudes assez nettes se dessinent après quelques semaines.

Certains ont toujours un peu de réticence à utiliser les nouvelles technologies.  Un couple de retraités de l'Éducation Nationale en visite avoue « Tout cela est un peu trop compliqué. On n’aime pas tous ces nouveaux trucs. On préfère regarder les cartels et les vitrines… Mais c’est une bonne idée.  On reviendra avec nos petits-enfants. Eux, ils sont toujours avec leurs téléphones et c’est compliqué de les motiver pour faire des visites culturelles. »

D’autres en revanche sont complètement séduits par cette nouvelle approche. Un groupe d’étudiants s’enthousiasme « C’est excellent !  On peut voir le crâne en réalité augmentée avec des détails qu’on n’a pas dans les vitrines, et les informations complémentaires c’est vraiment un plus. Les explications de l’hologuide nous ont permis d’aller directement aux informations essentielles, et chacun d’entre nous a pu se focaliser sur ce qui l'intéressait le plus. »

«Finalement on retrouve là la fracture numérique, c’est une évidence. Pour nous clairement en tant qu’exploitant de musée, cela nous offre la possibilité de toucher les millenials qui ont tendance à ne pas visiter les musées se contentant des informations trouvées sur le Web. La technologie n’est pas tout, cet outil va nous pousser et c’est positif, à produire du contenu adapté à cette cible, à créer une nouvelle expérience de visite, ce qui est notre leitmotiv. » commente David Angelats, responsable de la communication et du marketing du musée.

Repenser le musée de demain

La technologie de réalité augmentée permet au musée de créer une offre en mutation permanente, de proposer et de faire évoluer rapidement le contenu des expériences.  « On a beaucoup d’idées en termes d’expérience client. Cette technologie ouvre des possibilités énormes à l’encontre des traditions » déclare David Angelats.

Elle démultiplie le champ des possibles sur le plan muséographique, multilingue, accessibilité mais aussi en matière de contenu pédagogique, de communication et d’outils marketing. Elle offre la possibilité d’envisager et d’exploiter de nouvelles sources de revenus pour les musées. 

Les Area Targets dans le cloud de AR-Zone REAL ILLUSIONS

Cette prouesse technologique développée par REAL ILLUSIONS est rendue possible grâce à l’utilisation de la dernière innovation de la solution Vuforia Engine de PTC : les area targets (ou cibles spatiales). Ces dernières permettent désormais de reconnaître une zone tout entière (jusqu'à 40 000 m2). Une fois la zone (“area”) reconnue, il est possible d’associer à celle-ci une expérience AR et de l'activer en fonction du positionnement de l'utilisateur. REAL ILLUSIONS est le premier acteur au monde à utiliser ces fonctions en mode cloud grâce à sa technologie centralisée multicanal REAL ILLUSION AR-ZONE-CLOUD. Ainsi les AR-ZONE REAL ILLUSIONS peuvent être déployées partout et proposer des expériences évolutives directement alimentées par les données de l’AR-CLOUD REAL ILLUSIONS.

Tags:
  • Augmented Reality
  • Engine
  • Vuforia

À propos de l’auteur

Cathy Goulard Cathy Goulard est une spécialiste de la communication d'entreprise animée par la volonté de partager des informations pertinentes pour expliquer, convaincre et fédérer autour de la formidable aventure humaine et technologique de PTC.